Lobsang around the world
"Je vis" – Carnet de route d'un Globetrotter

Actuellement …

En Inde ...

Commentaires

Articles récents

novembre 29th, 2013 | in Hiver, Inde, Voyages | 1 commentaire - Laisser un nouveau

20 Novembre 2013, me revoici à Delhi avant de descendre dans le Karnataka, sud de l’Inde. Douce chaleur ici, le chauffeur de taxi m’annonce 24° température idéale. La voiture me dépose à l’entrée du quartier tibétain, les véhicules ne peuvent y accéder, je termine à pieds les quelques mètres qui me séparent de Kunga Guest-House où j’avais réservé une chambre. Une douche plus tard j’arpente le quartier que je connais bien maintenant. Je me dirige vers la Gonpa < Temple > pour aller réciter quelques Mantra < prières > c’est aujourd’hui les funérailles de l’époux d’une amie de ma région.

Pas une grosse fin ce midi, la compagnie Emirates nourrit bien ses passagers, je me contenterai donc d’un muffin au chocolat arrosé d’un cappuccino dans le cyber café où j’ai mes habitudes. J’en profite pour envoyer des news.

Je vais réserver une place dans un autocar pour aller passer du temps à Dharamsala ville située à 480 km au nord de Delhi. J’y resterai une dizaine de jour. Le voyage durera toute la nuit, le départ est prévu pour demain soir, pas de temps de perdu. Le responsable de l’hôtel me dit qu’il commence à y faire froid, j’avais prévu quelques vêtements d’hiver pour mon retour en France, la ville est divisée en 2 parties, la plus urbanisée la ville basse culmine à 1300m, on y trouve le centre administratif de la ville, la plus haute connue sous le nom de McLeod Ganj est située à 1700m, elle accueille la majeure partie des réfugiés tibétains ainsi que le monastère où réside le Dalaï Lama < Namgial Gonpa > .

Ballade dans le quartier avant d’aller dîner au Tee-Dee d’un plat de poulet Manchurian accompagné d’un tingmo < boule de pain cuite à la vapeur > délicieux, le tout arrosé d’un ginger-honey-lemon-tea……L’animation du quartier se calme, les commerces ferment les uns après les autres, direction la Guest-House où m’attend j’espère une douce nuit.

—————————

Jeudi 21 Novembre, longue est bonne nuit malgré les bruits extérieurs de la route, le trafic est intense jour et nuit, levé 9h30 hou la la……longue nuit. Je n’ai pas le temps de me rendre à Chandni-chowk, le quartier indien de Delhi que je préfère? car j’aime m’y perdre et y passer du temps. J’arrive à avoir Lakpa au téléphone, il m’attend pour demain à Dharamsala. Je reçois un coup de fil de Kunsang-Dolma une amie tibétaine à Bylakuppe, je la verrai en décembre. Départ du bus à 7h pour une nuit de voyage vers Dharamsala.

Bus très correct avec sièges couchettes, principalement des autochtones, il y a certainement moins de confort que dans les bus touristes mais j’ai l’avantage d’être entouré de Tibétains et d’Indiens. Onze heures plus tard nous voici sur place, le jour n’est pas levé, la route c’est bien passée. J’ai peu dormi, j’ai donc vu la lune et les étoiles nous accompagner tout le long. A l’arrivée à la station de bus, les chasseurs de touristes sont là. Qui propose un taxi, un autre une Guest-House. Je pars à pied en direction de celle où j’ai réservé une chambre. Elle n’ouvre qu’à 7h et bien je vais attendre, peu de monde en ville à cette heure là. Me voici installé, j’ai une vue panoramique sur l’environnement de Dharamsala. La ville est noyée dans des forêts de cèdres-d’Himalaya et de pins, un endroit très apaisant. 8h30 je me rend à Namghyal Gonpa voir si à tout hasard je peux trouver Lakpa, je ne cherche pas longtemps il m’attendait, les cours commencent à 9h30, nous irons ensuite déjeuner. Il reprend à 15h jusqu’à 18h ensuite diner et de 19 à 20hcours de philosophie bouddhiste et joutes oratoires. Quant à moi j’en profite pour arpenter la ville que je connais très peu pour y avoir passé seulement 3 jours en Septembre dernier. Le soleil réchauffe bien l’atmosphère mais le soir le polaire est de rigueur. Superbe couché de soleil sur la montagne en face de mes fenêtres. Je ne trouve le sommeil qu’après 2h du matin, ce n’est pas grave je n’ai aucune contrainte.

—————————

Samedi 23 Novembre, je retrouve Lakpa après ces cours. J’ai pu téléphoner au Lama, Gueshe-la Khalzang Dongden qui va me recevoir à Mundgod dans le sud de l’Inde, tout va bien, il m’attend. Tout s’enchaine à merveille c’est génial. Oubliées les nouvelles de l’occident cela ne me manque pas, bien au contraire je trouve ici une harmonie de vie qui me convient.

—————————

Dimanche 24 Novembre, Nous partons pour la journée avec Lakpa et Lobsang.

Tout d’abord visite de Phurbu son frère scolarisé à Dharamsala le bas, nous irons à pied en traversant les 4 km de forêt, ce qui est plus rapide qu’en prenant le bus qui en a pour 9 km. Nous allons ensuite visiter le temple de Norbulingka ………. cette fois nous prendrons le bus local et ensuite une jeep, déjeuner dans un restaurant tenu par es Zanskar-pa. A pied nous nous rendrons à Guyto monastery pour y rencontrer 2 Lamas que connait Lakpa, ce temple est la résidence du Karmapa, le troisième personnage du Bouddhisme Tibétain après le Dalaï Lama et Le Panchen Lama. Retour à Dharamsala le haut vers 19h. Diner et dodo, les jeunes moines ont école demain.

———————-

Lundi 25 Novembre, Je vais ce matin réserver une place d’autocar pour le retour à Delhi, j’ai eu confirmation par téléphone d’une chambre de libre dans ma Guest-House à Delhi pour mercredi soir. Je partirai donc demain soir pour un nouveau voyage de nuit. Lakpa vient me retrouver pour aller déjeuner, il retourne au monastère pour 3h. Ecole oblige. Lhamo sa maman nous appelle tous les jours, je sais qu’elle est heureuse que je sois allé à Dharamsala passer quelques jours avec son fils, une chose que la famille ne pourra faire pour l’instant faute de moyen, il ne leur reste que 2 enfants à la maison, les 4 autres sont soit à Leh soit à Dharamsala. Je devais rencontrer Lama Dogpa un moine de Karsha ue je connais bien, il est soit disant à Dharamsala en ce moment mais le numéro de téléphone que l’on m’a donné n’est pas valable, j’espérais le rencontrer en ville mais ce ne fut pas le cas.

—————————

Mercredi 27 Novembre, me voici à nouveau à Delhi, je suis arrivé ce matin à 6h je vais faire ma réservation pour descendre dans le Kanataka, sud de l’Inde. Il n’y a pas de place dans le train qui me déposerait à Hubli prés de Mundgod, il me faudrait patienter trop longtemps ici pour en avoir une. Je réserve donc un billet d’avion non pour Hubli car trop cher mais pour Bangalore où le prix est plus raisonnable. J’en profiterai pour rendre visite à Cicily et Harry un couple d’ami. Je les ai appelé cet après midi, il me propose de passer une nuit chez eux, cool. Je partirai vendredi matin.

—————————

Jeudi 28 Novembre, journée dans le vieux Delhi, quartier que j’affectionne.

—————————

novembre 11th, 2013 | in Eté, Inde, Ladakh, Voyages, Zanskar | Laisser un commentaire

25 Septembre, après une nuit de bus assez inconfortable, nous voici arrivés à Dharamsala, une découverte pour moi. Il est impossible de loger dans le monastère où réside le Dalaï Lama, sécurité oblige, nous partons à la recherche d’un gîte, nous trouvons assez facilement un cottage dont le prix est vraiment abordable, une chambre avec salle de bain, eau chaude et télé s’il vous plait. La ville est coupée en deux par une forêt, ce n’est d’ailleurs que forêts aux alentours, Dharamsala le haut et le bas, le monastère de sa Sainteté est situé dans la partie haute, c’est donc là que nous logerons. La ville est située sur un pan de montagne. En arrivant elle m’a paru austère mais avec du repos je commence à l’apprécier. Beaucoup de touristes occidentaux et indiens, la middle-class indienne a de plus en plus les moyens de voyager. Les réfugiés tibétains sont en majorité ici, ont y trouve tout de même quelques indiens, j’ n’ai pas idée du pourcentage. Dans la matinée, visite du monastère. Nous retrouvons Lakpa vers midi à la fin de ses cours, il vit et étudie dans la Gonpa. Je ne peux retenir quelques larmes, il a changé cette année, il devient vraiment adolescent. Il obtient des vacances pour rester avec nous les 4 jours que nous allons passer à Dharamsala.

———-

26 Septembre, nous nous rendons dans un village proche pour y visiter un temple et des amis de Lama, une partie en bus, le reste à pied. De beaux paysages, avec toute cette verdure alentours. Nous avons ici une forte dose d’humidité, aucune comparaison avec le Ladakh où la sècheresse règne.

 

 

———-

28 Septembre, nous prenons un bus pour la ville du bas, rendre visite à Phurbu, le frère de Lakpa. Il est scolarisé au TCVS depuis 3 ans, il n’est pas depuis retourné au Zanskar. Je le parraine car ses parents ne pourraient payer ses études et son internat. Lui aussi a bien changé.

Nous privilégions les restos tibétains plutôt que les boites à touristes, c’est ce que je préfère, je ne suis pas venu ici pour déguster des bolognaises où autre pizzas, je réserve ces produits pour mon retour. Cet après midi toute la région est plongée dans une épaisse couche nuageuse, un orage d’une forte intensité éclate dans la soirée, presque aussi violent que celui de Kargil, c’est très impressionnant. La pluie a rendu les ruelles de la ville boueuses à souhait, étant située sur un pan de montagne, l’eau ruisselle à flot. Nous avons réservé un bus de nuit pour la dernière étape, Delhi. Une douzaine d’heure sépare les deux villes, une nouvelle nuit dans les transports. 17h30 le départ, Lakpa retourne à son monastère, je suis moins triste car je vais le revoir en Novembre lors de mon retour pour le sud de l’Inde. Je ferais de Delhi un aller retour vers Dharamsala pour lui rendre visite.

 

———–

29 Septembre, la nuit a été longue dans le bus. Arrivée tôt le matin à Delhi sous une forte chaleur orageuse, nous dépassons encore les 30°

Ballade dans le vieux Delhi, l’endroit que j’affectionne. Se perdre dans les ruelles, flâner au milieu des locaux, des boutiques, ici on ne mélange pas les vitrines, le quartier des bijoux, le quartier des saris, le quartier de la passementerie etc…… un exercice que j’adore, prendre ensuite un Rickshaw vélo pour le retour dans le calme du quartier Tibétain.

 

 

————

30 Septembre, une dernière journée plutôt monotone, la pluie a fait son apparition. Lama Sandup va rester 2 où 3 jours de plus ici avant son retour au Zanskar après un stop de 2 semaines à Manali. Mon moral n’est pas au beau fixe, il en est toujours ainsi avant mon retour.

Arrivée à l’heure à CDG, direction gare TGV après la visite du cockpit de l’A380 d’Emirates.

————–

31 Juillet, Angdu le père de la mariée de Langmi doit se rendre à Leh, je profite de son véhicule pour faire le voyage entre le Zanskar et le Ladakh, je dois récupérer Anthony un neveu qui vient passer ses vacances d’été au en Inde. Ce sera le premier membre de ma famille à venir tester ma vie au Ladakh-Zanskar La route Karsha-Leh se fait en 2 étapes, quoique maintenant on trouve des jeeps récentes et confortables qui peuvent faire le trajet en une petite journée, évitant ainsi la nuit à Kargil. Mon record pour l’instant est de 16h30 pour effectuer les 490 km.

- – – – – – -

Avec le petit van d’Angdu il est préférable de marquer l’arrêt à Kargil, nous dormirons chez un ami à lui qui y dispose d’une pièce. La nature en ayant décidé autrement, nous y passerons 2 nuits. Un violent orage ayant sévi durant 5 heures sur la région avec force éclairs et coup de tonnerre aura eu raison de la route, des tonnes d’eau, de boue et de roche ont envahi la rue principale de Kargil et des villages avoisinants. Dans un village une maison a pratiquement était coupée en deux. Le lendemain, la piste ne ressemble plus à grand chose, des engins de l’armée indienne se chargent de faire un passage pour les véhicules, quelques kilomètres plus loin tout rentre dans l’ordre, comme si rien ne s’était passé, c’est tant mieux. Arrivée à Leh en fin d’après midi. Ma guest-house habituelle affichant complet, Lobsang un ami ladakhi se charge de m’en trouver une autre, un peu plus éloignée du centre, j’y passerai 2 nuits avant de récupérer Anthony, nous logerons ensuite chez Jigmet où de la place c’est libérée. Elle est située en centre ville mais au calme d’un superbe jardin floral et potager.

 

 

- – – – – – -

5 Août 7h, ma jeep a un peu de retard pour me conduire à l’aéroport, Anthony est déjà dehors à m’attendre, apparemment en bonne forme malgré le long voyage. Nous passerons 3 jours à Leh, le temps que son organisme s’habitue à l’altitude. Visite de la ville ainsi que des monastères de Thiksay, Staknat et Matho. Invitation à diner chez une famille amie à Choglamsar, petite ville non loin de Leh, nous profiterons de cette journée pour aller visiter le TCVS, Tibétan Childreen Village School. De nombreux tibétains réfugiés sont installés à Choglamsar, une école a été créée pour recevoir les enfants dont les parents sont restés au Tibet. Ils sont arrivés par les montagnes Himalayennes, après plusieurs jours de difficultés. Ils vont ici pouvoir conserver leur culture alors qu’au Tibet les Chinois ont imposé le Chinois en première langue et l’Anglais en seconde d’ou une perte de repère pour ls enfants ne pouvant passer en Inde.

 

 

- – – – – – -

8 Août, départ pour le Zanskar avec Angdu qui rentre à Langmi. Bonne route jusqu’à Kargil où Anthony et moi passerons la nuit dans le tourist- bungalo de la ville, flambant neuf.

 

 

- – – – – – -

9 Août, piste cahotante jusqu’à Karsha au Zanskar. Nous avons eu droit à 2 crevaisons de suite, par chance nous étions suivis par un véhicule qui utilisait les mêmes roues. Nous lui empruntons sa roue de secours et reprenons la route en convoi jusqu’au village de Rangdum où nous pouvons faire réparer le mal. Nous en profitons pour reprendre des forces avec un plat de riz-légumes-lentilles arrosé de thé au lait. Nous reprenons la route pour le passage du col du Pensi-La 4400m, la fraicheur se fait sentir.

- – – – – – -

Arrivée à Karsha en fin d’après midi après passage de plusieurs Chek-points obligatoires car les frontières Chinoise et Pakistanaise sont proches. Nous nous installons dans la famille de Lamo, des amis depuis plusieurs années. Anthony y recoit un bel accueil. Nous allons y passer 2 semaines. En ce moment nous sommes en pleine récolte du blé, de l’orge, des petits pois et du foin pour les animaux qui sera remisé sur les toits plats des maisons. Beaucoup de travail pour toute la famille, composée du père de la mère et de 3 enfants. Une vie nouvelle pour Anthony, bien loin de la vie occidentale. Quelques jours plus tard, nous rencontrons à Padum, capitale du Zanskar qui est en fait un grand village, un couple de français que j’ai connu l’année dernière au Ladakh, ils sont revenus visiter le Zanskar. Le mari doit partir dans 2 jours faire un trek intéressant jusqu’au monastère de Phuktal, je laisse Anthony y aller avec un guide, ils passeront une nuit près du monastère. Il revient un peu fatigué par la marche mais ravi. Il a pu visiter le lieux où s’était rendu Gilbert Montagné dans l’émission de télé, rendez-vous en terre inconnue. Nous serons le 15 Août à Padum pour fêter l’Independance-Day en Inde. Nous allons ensuite passer 2 jours au village de Zangla dans la famille royale, qui n’a plus maintenant aucune responsabilité n’y pouvoir. Visite du fort et de la nonnerie. Malgré le dur labeur aux champs en cette période, la bonne humeur se lit sur les visages, ici au Ladakh on ne se plaint jamais, on récolte en chantant, on trait les vaches en chantant, on fait le beurre en chantant, on fait peut être l’amour en chantant………………

 

 

- – – – – – -

Anthony a la chance d’assister à la conception d’un Mandala de sable au monastère de Karsha. Quelques moines se relaient pendant 4 jours pour sa conception, il sera ensuite conservé une semaine durant laquelle auront lieu des Pujas, il sera ensuite dissous, le sable déposé dans une urne et versé dans la rivière traversant le village. Cela fait parti de l’impermanence Nous irons passer un moment au village de Salapi dans la famille de mon filleul, je vais leur rendre visite chaque année, Stenzin Tsetan est scolarisé à la Lamdon School de Pipiting, cela fait 6 ans maintenant que je le parraine, il a une bonne évolution scolaire.

- – – – – – -

24 Août, Lama Sandup nous a trouvé une jeep pour le retour à Leh, toute une famille s’y rend. Nous voyagerons à neuf dans le véhicule, ici c’est courant. Voyage sans problème après une nuit à Kargil. Il reste à Anthony une journée pour visiter Leh.

- – – – – – -

27 Août, me revoici seul, Anthony a pris un vol tôt ce matin pour Delhi où il va passer les trois jours qui lui reste. J’espère lui avoir permis de découvrir le Ladakh de la meilleure façon possible, en dehors des sentiers battus par les agences de voyage. J’espère également qu’il aura supporté sans trop de problème le manque de confort, la nourriture différente, peu variée et le manque de toutes les technologies. En retour j’espère enfin qu’il aura vécu une expérience peu commune qui le marquera, qu’il aura fait des rencontres formidables avec ce peuple si chaleureux et attachant, malgré le peu de moyen dont il dispose. Voilà encore un bel exemple qui prouve que l’on peut vivre heureux avec peu. La vie au sein d’une famille est la meilleure façon de s’intégrer, de faire parti des leurs, en retour l’on en tire une formidable leçon de vie qui nous oblige à nous remettre en question. Je sais maintenant que la vie pourrait être pus facile si seulement nous acceptions de faire quelques efforts.
Quant à moi, j’attend mon second groupe de voyageurs qui doit arriver le premier septembre. Je reprendrai donc une quatrième fois la route du Zanskar, je ne m’en lasse pas.

- – – – – – -

2 Septembre, hier, les trois personnes du groupe étaient au rendez-vous. Journée de repos pour l’acclimatation à l’altitude. Aujourd’hui visite d’un premier monastère, Thiksay, avant d’aller rendre visite à un ébéniste au petit village de Stakmo. Il fabrique des tambours qui servent lors des Pujas dans les monastères ou chez certains particuliers, ainsi que des barattes à beurre. J’en fait l’acquisition d’une que j’offrirai à ma famille amie à Karsha. Nous irons ensuite visiter un nouvel institut au village de Saboo, il a ouvert ses portes en 2011 grâce à Aimé, un français qui a participé à la mise en oeuvre et à la sponsorisation du projet. L’institut abrite en majorité des enfants du Chantang, région pauvre où la vie y est difficile, pour l’instant une vingtaine d’enfants sont parrainés par l’organisme fondé par Aimé, les autres sont en attente. Demain départ pour le Zanskar.

 

 

- – – – – – -

18 Septembre, Retour à Leh depuis hier, tout c’est bien passé, j’espère avoir satisfait le groupe. Quelques Chang partis auront permis des soirées animées dans la joie et la bonne humeur. Demain le groupe me quitte pour Delhi.
Quant à moi, il me reste deux jours à passer au Ladakh avant de me rendre par la route à Manali et Dharamsala dans l’état indien de l’Himachal Pradesh. Lama Sandup va m’accompagner. Nous devons aller rendre visite à Lakpa, le jeune moine qui vivait avec lui au monastère de Karsha, il était son professeur de philosophie Bouddhiste. Voilà 7 ans que je partageais quelques mois d’été avec eux, Lakpa est maintenant à Dharamsala depuis 4 mois, à Namgyal Gonpa, le monastère où réside le Dalaï Lama. Il pourra ainsi y parfaire ses études dans une très bonne université Tantrique. Il est âgé de 14 ans.

- – – – – – -

22 Septembre, nous avons pris hier un tatasumo, taxi local, pour nous rendre tout d’abord à Manali. Après 18h de route nous voici enfin à destination, fatigués car nous étions 8 adultes et 3 enfants dans la jeep, le sommeil a manqué. J’ai eu l’occasion de passer quelques jours à Manali en 2008. Cette fois nous vivrons au monastère de Ngari, petite Gonpa où vivent une trentaine de moines dont 20 jeunes qui y sont scolarisés. Bonne ambiance, je retrouve quelques gamins Zanskarpa qui sont venus étudier ici, envoyés par leur teacher respectif.

 

 

- – – – – – -

24 Septembre, nous sommes invités à déjeuner chez le neveu du teacher de Lama Sandup qui vit toujours à Karsha Gonpa. La veille de notre départ, arrivent une quinzaine de moines de Dharamsala pour préparer une Puja spéciale, ils confectionnent des Thormas, figurines en farine d’orge. Nous ne pourrons y assister car nous aurons pris la route à ce moment là. Nous avons quitté la sècheresse du Ladakh pour trouver l’air très humide de Manali, nous sommes descendu à l’altitude de 2300m environ. Pluie et soleil alternent en permanence, la température est remontée de quelques degrés. Manali est une ville implantée au milieu d’une forêt, qui pourrait rappeler certaines régions Alpines, ont y fait du ski l’hiver, du parapente l’été, l’endroit est agréable. Le Gueshe-La, ami de Lama et responsable du monastère ne veut pas que je paye mon séjour ici, je vais donc faire un don pour la Gonpa. Cet après midi j’ai fait une distribution de chocolats à l’école, en principe je ne favorise pas les sucreries en Inde mais, j’ai remarqué qu’ici la brosse à dents est utilisée matin et soir, donc peu de risque pour les caries. Ha, c’est une première ici, un groupe d’étudiant indiens du Kérala, sud de l’Inde, vient visiter la Gonpa, en sortant il me demande de pouvoir prendre quelques photos avec eux, je vais une nouvelle fois faire la une, je plaisante bien sur, mais je me prête au jeu avec plaisir. Nous avons réservé un bus de nuit pour ce soir, départ à 19h30 arrivé prévu demain matin vers 6h à Dharamsala. Gueshe-La me demande de leur rendre visite à mon prochain retour au Ladakh, ce sera avec plaisir.

 

 

septembre 24th, 2013 | in Eté, Ladakh, Voyages, Zanskar | Laisser un commentaire

DSC_4507.jpg7 Juin 2013, Bon vol à nouveau avec la compagnie Emirates. Me revoici à Delhi pour un séjour de 4 mois. Après les formalités obligatoires à l’aéroport je saute dans un taxi, toujours sans clim, pour me rendre à Maj Nu Ka Tila, quartier Tibétain de Delhi, plus connu sous le nom de Tibetan Colony. Toutes fenêtre ouvertes je m’imprègne des odeurs de la ville. Sacré contraste entre ma petite ville de province et cette capitale bouillonnante. Je me plais à me retrouver seul au milieu de cette foule disparate, j’en oublie rapidement l’occident et son confort. Une petite heure plus tard, me voici à la porte du quartier, les véhicules ne peuvent y pénétrer tant les rues sont étroites, un rickshaw vélo se précipite au coffre de la voiture pour prendre mes bagages et les déposer à la Wongden-House où je vais passer 3 jours. Contrairement à la ville, le quartier est très calme, habité essentiellement par des tibétains et des moines de passage. On pourrait le qualifier de village dans la ville.
J’apprécie de passer un peu de temps ici car cela me prépare à la vie que je vais mener au Ladakh. Une douche plus tard me voici à arpenter le quartier, j’y retrouve quelques connaissances.

- – – – – – -

10 Juin, Réveil 2h30, j’ai un vol à 5h40 pour Leh, capitale du Ladakh. j’avais fait réserver un taxi qui arrive à l’heure, comme souvent. Joli survol de cette partie de la chaine Himalayenne, le jour est levé, le temps est clair ce qui donne de belles sensations. Je commence mon séjour au Ladakh par du travail, je vais accompagner un groupe de voyageur au Zanskar, une des régions du Ladakh. Mon groupe de 3 personnes arrive 10 minutes plus tard sur un autre vol. Lobsang mon guide Ladakhi que je connais pour avoir déjà travaillé avec lui est là, il a réservé une jeep qui va nous déposer à la Jigmet Guest-House, en plein centre ville, au milieu d’un magnifique jardin fleurie. Nous allons y passer 2 jours pour l’acclimatation à l’altitude, il est vraiment recommandé de prévoir ces 2 ou 3 jours. 2 personnes de mon groupe ressentent quelques légers problèmes, prendre de l’aspirine, beaucoup boire, se reposer. Quant à moi, toujours pas de souci, mon organisme se satisfait des 3600 mètres d’altitude, c’est tant mieux.

- – – – – – -

12 Juin 8h30, départ pour le Zanskar. Nous passerons une première nuit à la nonnerie de Wakha après 8h de route. Toujours un bel accueil dans cet endroit tranquille. Les nonnes sont une vingtaine à vivre ici, de 7 à 80 ans,une école y est installée pour les plus jeunes. La simplicité du lieu vaut tout de même un arrêt pour la nuit, auparavant nous faisions un stop dans la ville de Kargil 40 km plus loin mais l’accueil sonnait le faux, l’argent seulement les intéressait, aucun regret.
13 Juin, Levé 4h, nous avons aujourd’hui une longue, difficile et superbe route. Le ciel dégagé nous à permis d’apercevoir le Kun, un sommet à 7090m, son frère le Num qui culmine à 7135m n’est pas visible de cette vallée. Après le passage du col du Penzi La à 4400m nous descendons dans la vallée du Zanskar, paysages de rêve. Nous atteignons Tungri notre premier village d’accueil en fin d’après midi, fatigués mais heureux. Les voyageurs sont installés dans des familles, ce sont eux qui choisissent d’être séparés ou rester ensemble, RBM privilégie une séparation pour pouvoir faire travailler le maximum de familles. Ils partagent ensuite la vie familiale, je trouve cette expérience très enrichissante pour s’imprégner de la culture Ladakhi, surtout ne pas essayer de valoriser la notre.
Nous passerons ensuite dans les vilages de Pidmo, Zangla, Karsha pour terminer. Le séjour sera ponctué d visite de monastères, d’écoles gouvernementales ou privées.

 

 

- – – – – – -

Sur le chemin du retour une halte d’une nuit dans une Doksa, bergerie d’altitude, pour passer un moment avec les bergères, ici pas de berger. L’accueil est à la hauteur, dès l’arrivée elles nous offrent le thé, le zho, sorte de yaourt ainsi que du fromage. Vers 17h les vaches, yacks et dzomos, coupage entre une vache et un yack, arrivent pour la traite qui à lieu matin et soir. Nous dinerons avec elles et monterons les tentes pour passer la nuit. Les bergères préparent chaque jour le fromage, le beurre et le dzo ainsi que le ramassage des bouses. Le tout est revendu aux villageois qui viennent le chercher et aux personnes de passages qui sont intéressées. Les bouses permettrons l’hiver venu de quelque peu chauffer la pièce à vivre des maisons ainsi que le petit bois que l’on peut trouver l’été.
26 Juin, après une seconde nuit à la nonnerie de Whaka, nous regagnons Leh en début d’après midi. Un peu de shopping pour conclure la journée avant une douche réparatrice car bien sur au Zanskar, les sanitaires sont sommaires. Le lendemain nous monterons visiter l’ancien fort de Leh ainsi que la vieille gonpa qui domine la ville.

- – – – – – -

27 Juin, vol tôt le matin pour rejoindre Delhi. Nous avons 3 jours à y passer avant le retour en France pour mes voyageurs.
30 Juin, je prend un vol le matin pour retourner à Leh.DSC_5119.jpg Lobsang un ami se charge de me trouver une jeep locale pour rejoindre le Zanskar. Départ le 3 juillet pour arriver à Karsha le lendemain. Je m’installe chez Lama Sandup au monastère. En ce moment ont lieu tous les après midi les répétitions du Gustor, festival de danses Bouddhiste. Je retrouve une bonne partie des moines du monastère, me voici enfin plongé dans l’ambiance, débute ainsi la vie à la Gonpa, raison de mon séjour au Zanskar.

- – – – – – -

6 Juillet, début du festival qui coïncide avec l’anniversaire du Dalaï Lama, 77 ans. Le festival durera 2 jours, 3h de danse avec masques et costumes. Ces danses annuelles ont pour effet d’éloigner les mauvais esprits pour l’année à venir. Le second jour, le plus important car les villageois et les animaux recevrons eux aussi leur protection. Ainsi un cheval, un yack, un mouton et un chien sont amenés au monastère pour y recevoir une bénédiction. Quelques villageois seront également présents pour des danses rituelles. Beaucoup se spectateurs, villageois et touristes. Un Lama vient me voir et me demande si je veux bien participer à la dernière danse, ce que j’accepte bien volontiers. Etant déjà habillé en costume local, longue gonché, il ne me manque plus que le chapeau, le Lama m’en trouve un rapidement dans le public. Des rires mais également du succès, mon premier essai dans ce domaine est une réussite. La journée se termine par une Puja «cession de prière» au cours de laquelle les mauvais esprits représentés par une tête en farine d’orge, sera jeté aux flammes, ainsi villageois, moines et animaux pourront prétendre à une année pleine de sérénité.

 

 

- – – – – – -

DSC_6486.jpg10 Juillet, je suis invité à un mariage au village de Phey à quelques kilomètres de Karsha. Je m’y rend en compagnie des moines qui vont y célébrer l’office. de nombreuses familles demandent leur présence pour la célébration du mariage d’un de leurs enfants. Je passe 5 jours dans la famille, tantôt avec les moines tantôt avec les invités. La fête bat son plein.

- – – – – – -

16 Juillet, Je profite d’être à Phey pour aller rendre visite à la famille de Jampa, un jeune moine qui vît maintenant à Sera Mey Gonpa dans le Karnataka, sud de l’Inde. Il n’a pas et n’aura pas souvent l’occasion de revenir au Zanskar rendre visite à sa famille, quant à sa famille elle n’a que peu de moyen pour effectuer le voyage jusqu’au Karnataka. Je leur amène des photos de leur fils que j’ai fait en Avril dernier lors de mon passage à Sera Mey. Ils se prêtent ensuite à une séance photos que je leur apporterai l’année prochaine et que j’amènerai à Jampa en Décembre prochain. Je passe un peu de temps avec la famille autour d’un frugal repas. Je me répète certainement, mais j’apprécie tant ces moments partagés dans le milieu familial. C’est je pense réciproque car leurs visages radieux et détendus parlent plus que les mots. Du bonheur. Dans cette maison aussi, les trois générations sont représentées. Je les quitte avec l’envie de rester.

- – – – – – -

17 Juillet, de retour à Karsha, après un passage à Padum pour l’achat de quelques légumes et gâteaux. Pas de connexion internet, c’est pas grave je m’en passe. En rentrant, Lama Sandup m’apprend que nous sommes invités au mariage de sa nièce à Langmy, petit village proche de Karsha. Nous allons y passer 3 jours. Je connais la famille depuis quelques années, ils se font un plaisir de présenter un occidental passant pas mal de temps au Zanskar, à leurs amis présents et moi qui en rajoute……..

- – – – – – -

Belle ambiance de fête ici aussi. Les femmes portent leurs plus belles tenues, les bijoux sont sortis de leur boite, quelques Peyracs font leur apparition, coiffe édifier en différentes pierres, elles sont rajoutées au fil des ans selon les moyens de la famille. Les femmes les portent pour toutes les festivités du Zanskar auxquelles elles participent. Je vais donner un coup de main à la cuisine qui a été installé à l’extérieur de la maison sous une bache pour éviter les rayons du soleil. Je suis de corvée de haricots verts, je n’en aurai jamais vu autant en une seule fois. Il faut dire que les invités sont nombreux, famille, amis, villageois. Pendant les festivités les préposés aux cuisines oeuvrent toute la journée, entre la nourriture et les différents thés. La bière locale «Tchang» coule à flot, les femmes se chargeant de remplir les petites tasses dès que nous y trempons les lèvres. Le Tchang est une préparation à base d’orge, elle n’est que très peu alcoolisée mais en fin de journée, vu le nombre de tasse ingurgitées cela peux lourdement échauffer les oreilles de bon nombre. Trois belles journées ou je navigue ici aussi entre la pièce ou officient les moines au reste de la maison occupé par les invités.

 

 

- – – – – – -

22 Juillet, retour au monastère ou je retrouve le calme des lieux avec les Pujas du matin. Je viens de me rendre compte que j’ai zapper la commémoration du 14 juillet, no problem ici je suis bien loin de tout ça.